¬ę Domine, ad quem ibimus? Verba vitae aeternae habes. ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !

Saisissez votre courriel


Confirmez votre courriel

















 
vendredi 28 avril 2017
St Paul de la Croix, confesseur



Premi√®re lettre de saint Paul Ap√ītre aux Corinthiens 1,17-25.
Mes fr√®res : le Christ ne m'a pas envoy√© pour baptiser mais bien pour pr√™cher l'√©vangile. Et non point dans la sagesse du verbe, afin que la croix du Christ ne soit pas frustr√©e.
En effet, la doctrine de la croix est une folie pour ceux qui p√©rissent ; mais pour nous qui sommes sauv√©s, elle est une force divine.
Car il est √©crit : " Je d√©truirai la sagesse des sages, et j'an√©antirai la science des savants. "
O√Ļ est le sage ? o√Ļ est le docteur ? o√Ļ est le disputeur de ce si√®cle ? Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ?
Car le monde, avec sa sagesse, n'ayant pas connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.
Les Juifs exigent des miracles, et les Grecs cherchent la sagesse ;
nous, nous prêchons un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les Gentils,
mais pour ceux qui sont appelés, soit Juifs, soit Grecs, puissance de Dieu et sagesse de Dieu.
Car ce qui serait folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes, et ce qui serait faiblesse de Dieu est plus fort que la force des hommes.


√Čvangile de J√©sus Christ selon saint Luc 10,1-9.
En ce temps-l√†, le Seigneur en d√©signa soixante-douze autres, et les envoya devant lui, deux √† deux, dans toutes les villes et dans tous les lieux o√Ļ lui-m√™me devait aller.
Il leur disait¬†: La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le ma√ģtre de la moisson d'envoyer des ouvriers √† sa moisson.
Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
En quelque maison que vous entriez, dites d'abord : " Paix à cette maison ! "
Et s'il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux, car l'ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Et en quelque ville que vous entriez et qu'on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ;
guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : " Le royaume de Dieu est proche de vous. "






 
©Evangelizo.org 2001-2017