¬ę Domine, ad quem ibimus? Verba vitae aeternae habes. ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !

Saisissez votre courriel


Confirmez votre courriel

















 
dimanche 30 avril 2017
Deuxi√®me Dimanche apr√®s P√Ęques (Dimanche du Bon Pasteur)



Premi√®re lettre de saint Pierre Ap√ītre 2,21-25.
Mes bien-aimés, le Christ a souffert pour nous, vous laissant ainsi un exemple, afin que vous suiviez ses traces.
Lui qui " n'a point commis de p√©ch√©, et dans la bouche duquel il ne s'est point trouv√© de fausset√© ";  
lui qui, outrag√©, ne rendait point l'outrage ; qui, maltrait√©, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait √† celui qui juge avec justice ;
qui a lui-m√™me port√© nos p√©ch√©s en son corps sur le bois, afin que, morts au p√©ch√©, nous vivions pour la justice ; c'est " par ses meurtrissures que vous avez √©t√© gu√©ris. "
Car " vous √©tiez comme des brebis errantes ", mais maintenant vous √™tes revenus √† celui qui est le pasteur et l'√©v√™que de vos √Ęmes.


√Čvangile de J√©sus Christ selon saint Jean 10,11-16.
En ce temps-là, Jésus dit aux pharisiens : Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.
Mais le mercenaire, qui n'est pas le pasteur, et √† qui les brebis n'appartiennent pas, voit venir le loup, laisse l√† les brebis et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.
Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire et qu'il n'a nul souci des brebis.
Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent,
Comme mon P√®re me conna√ģt, et que je connais mon P√®re, et je donne ma vie pour mes brebis.
J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut aussi que je les am√®ne, et elles entendront ma voix et il y aura une seule bergerie et un seul pasteur.






 
©Evangelizo.org 2001-2017